Comment réduire les risques de chute de nos Seniors ?

En tant qu’aidant, face à la fragilisation de nos proches, nous sommes toujours en recherche de solutions. Les Filles d’Ariane vous proposent ici quelques pistes pour vous guider hors du labyrinthe des aménagements possibles, des aides financières pouvant vous soutenir et des professionnels prêts à vous accompagner.

Ensemble, découvrons comment réduire les risques de chute de nos Seniors.

Quelles sont les conséquences ?

Une chute n’est jamais anodine. Les conséquences sont nombreuses et diverses :

Conséquences traumatiques

Une chute peut entraîner blessures ouvertes ou fermées qui entraînent des handicaps physiques momentanés ou durables qui peuvent mener au décès. Environ 9 300 personnes meurent chaque année des suites d’une chute.

Conséquences psychologiques

Il est très fréquent de constater chez une personne ayant déjà chuté une perte de moral et de confiance en soi. Ces effets psychologiques sont déterminants dans le maintien de l’autonomie de la personne. Ils sont l’une des portes d’entrée dans un processus de fragilisation.

Conséquences sociales

Les séquelles physiques et psychologiques entraînent quasi systématiquement à un repli sur soi, un isolement croissant de la personne. Or nous sommes des animaux sociaux, le perte de lien social peut conduire à un renoncement face à la vie en général.

Placement en institution

C’est ce qui est arrivé à la grand-mère de Mathilde, l’une des trois Filles d’Ariane. Suite à des chutes répétées à son domicile, la famille de « Mamie O » a du faire le choix, non sans difficultés, de lui trouver une place en EHPAD afin de garantir sa sécurité physique.

Il existe néanmoins une bonne nouvelle, nous pouvons agir pour limiter les risques de chute !

Comment prévenir les chutes ?

La porte d’entrée de la prévention des risques de chutes est toujours l’aménagement du domicile. C’est pourquoi Les Filles d’Ariane se proposent de vous lister les points de vigilance principaux.

Repérer les pièges

La première chose à faire pour sécuriser un domicile est de partir en chasse de tous les « pièges » sur lesquels il est si facile de trébucher. Soyez particulièrement vigilants aux barres de seuil mal fixées, tapis qui glissent, moquettes bosselées, fils mal attachés et marches petites ou grandes. Chacun de ces obstacles peut être corrigé en le retirant, le réparant ou en le signalant clairement.

Libérer les passages

La seconde étape est, sans aucun doute, de retirer tous les objets ou meubles sur lesquels il est possible de buter. Évitons les commodes près de la porte de la chambre ou les tables basses qu’il faut contourner pour s’installer au salon.

Placer les objets du quotidien à portée de main

Combien de fois avons nous couru pour répondre au téléphone ou utiliser un marche pied pour atteindre la boite de sucre ? Ces gestes que nous faisons tous se révèlent particulièrement dangereux pour les personnes dont la mobilité s’est réduite. Les objets de cuisine peuvent facilement être rangés à portée de main et les moyens de communication peuvent être simplement installés près des zones de passage. Et pour les gens qui ont de grands jardins, il est possible de s’équiper du téléphone sans fil qui permet de répondre aux appels depuis le médaillon.

Éclairer le chemin

De jour, mais surtout de nuit, faisons le maximum pour pour y voir clair ! Pour cela, il suffit de changer les ampoules ou le plafonnier et même de s’équiper d’éclairages à détection de mouvement pour que les lumières principales ou auxiliaires s’allument toutes seules. Les Filles d’Ariane proposent d’ailleurs dans leur catalogue quelques solutions qui pourraient vous donner des idées.

Des prises à hauteur d’homme (et de femme ! )

Rien de plus simple que de limiter les risques de chute liés aux prises au ras du sol (et sans changer l’installation électrique de la maison !). Il suffit d’installer un rehausseur de prise qui, tout en amenant la prise à mi-mur, permet une extraction facile de l’appareil électrique. Plus de mouvement de recul !

Sécuriser la salle de bain

Voilà bien la pièce la plus dangereuse de la maison. Une glissade et patatra ! Plusieurs options sont à envisager. Il est bien sûr possible de faire des travaux pour l’aménager et, entre autre, remplacer la baignoire par une douche. Mais si les coûts, malgré les aides financières possibles, vous dissuadent, vous pouvez également faire découper la baignoire afin de créer une porte? Ainsi plus de rebord à enjamber !  Des entreprises spécialisées pour cela existent.  D’une manière générale, il est vivement recommandé d’installer des tapis antidérapants, des barres de soutien et de s’équiper de support à pommeau de douche à ventouse et flexible.

Bannir les escaliers

Autant que faire ce peut, il est préconisé d’installer la chambre au même étage que les pièces à vivre. A défaut, une sécurisation est possible en vérifiant la solidité des rampes, installant des barres de seuil antidérapantes et pourquoi pas un monte escalier ?

Quelques aides financières

Voici quelques pistes de financement possibles pour l’adaptation du logement de vos proches :

L’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat)

Grâce à son programme « Habiter Facile », l’ANAH peut prendre en charge jusqu’à 50% du montant total des travaux d’aménagement du domicile.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Les Caisses de retraite

L’Assurance retraite propose deux types d’aides :

  • Le kit de prévention qui comprend un ensemble d’aides techniques
  • L’aide à l’habitat qui comprend un accompagnement par un professionnel dans vos démarches de travaux et leurs financements.

Les caisses de retraite complémentaires peuvent également proposer des aides financières. Renseignez vous !

Pour plus d’information, rendez-vous sur le site de l’Assurance retraite.

Les aides fiscales

Un crédit d’impôt  de 25% peut être accordé pour certaines dépenses liées à l’aménagement du domicile.

Pour en savoir plus, consultez le site Service-Public.

Les aides des collectivités territoriales

Certaines collectivités accordent des aides financières, des prêts voire des subventions en fonction de conditions définies localement.

Pour obtenir conseils et informations, le plus simple est de contacter le conseiller autonomie de la Maison Départementale de la Solidarité la plus proche de chez votre aîné.

Qui peut vous conseiller ?

C’est là la clef de voûte, le nerf de la guerre. Qui peut renseigner la famille, la conseiller ? Les Maisons Départementales de la Solidarité bien-sûr !

Maison Départementale de la Solidarité (MDS)

Les Maisons de la Solidarité existent dans tous les départements.

Il s’agit d’un service public de proximité qui a vocation à informer et à accompagner dans les démarches administratives les personnes qui s’y présentent. Les entretiens sont assurés par des travailleurs sociaux ou des conseillers professionnels.

Retrouvez toutes les antennes MDS d’Indre et Loire sur Touraine Reper’Age.

Pour la Vienne, le conseil départementale a mis en ligne une liste de ses MDS sur le site Vienne86.fr.

Retrouvez Les Filles d’Ariane sur leur page Facebook Les Filles d’Ariane SARL

Scroll